Égliseneuve-des-Liards Balcons du Livradois

  • Égliseneuve-des-Liards
  • Égliseneuve-des-Liards
  • Égliseneuve-des-Liards
  • Égliseneuve-des-Liards
  • Égliseneuve-des-Liards
  • Égliseneuve-des-Liards
  • Égliseneuve-des-Liards
  • Égliseneuve-des-Liards
  • Égliseneuve-des-Liards
  • Égliseneuve-des-Liards
  • Égliseneuve-des-Liards
  • Égliseneuve-des-Liards
  • Égliseneuve-des-Liards
  • Égliseneuve-des-Liards
  • Égliseneuve-des-Liards
  • Égliseneuve-des-Liards
  • Égliseneuve-des-Liards
  • Égliseneuve-des-Liards
  • Égliseneuve-des-Liards
  • Égliseneuve-des-Liards
  • Égliseneuve-des-Liards
  • Égliseneuve-des-Liards
  • Égliseneuve-des-Liards
  • Égliseneuve-des-Liards
  • Égliseneuve-des-Liards
  • Égliseneuve-des-Liards
  • Égliseneuve-des-Liards
  • Égliseneuve-des-Liards
  • Égliseneuve-des-Liards
  • Égliseneuve-des-Liards
  • Égliseneuve-des-Liards
  • Égliseneuve-des-Liards
  • Égliseneuve-des-Liards
  • Égliseneuve-des-Liards
  • Égliseneuve-des-Liards
  • Égliseneuve-des-Liards
  • Égliseneuve-des-Liards
  • Égliseneuve-des-Liards
  • Égliseneuve-des-Liards
  • Égliseneuve-des-Liards
  • Égliseneuve-des-Liards

Accueil du site > Pages Annexes > Eglise

Eglise

Le nom d’Egliseneuve et la fondation de son église sont attestés entre 1060 et 1073, dans une charte du monastère clunisien de Sauxillanges « Apud Aecclesiam Novam ». Il s’agissait d’un petit prieuré roman qui dépendait depuis son origine du monastère.

Le chevet polygonal, typique du Livradois, en arkose rouge date de la seconde moitié du XIIe siècle. Ses colonnettes ainsi que les chapiteaux qui soutiennent la corniche sont en mauvais état. Cette arkose si particulière se retrouve dans de nombreux bâtiments ou vestiges du XIIe siècle au monastère de Sauxillanges.

Au XVe siècle, l’église s’embellit avec l’agrandissement de la nef en berceau brisé, d’un bas-côté, d’une chapelle nord et à l’extérieur, le portail sud encadré de deux visages (les donateurs), les modillons de la façade sud de l’église ainsi que le clocher carré.
Au XVIe siècle, le petit prieuré fut agrandi. L’ensemble comportait l’église paroissiale, le bâtiment des moines et, faisant face, une écurie. A l’est, se trouvait l’ancien cimetière. Le porche à droite de la mairie actuelle servait d’entrée principale.
Son intérieur conserve de magnifiques décors géométriques datés de 1896 signés Lamy ainsi qu’un maître-autel et des statues (Piétà, Saint-Roch).

Galerie-photo Eglise



Site réalisé avec la solution Web-collectivités de l'ADeP basée sur SPIP